Meurtres pour rédemption - GIEBEL, KarineMEURTRES POUR RÉDEMPTION

Auteur : GIEBEL, Karine

Si jeune, Marianne devrait être insouciante et rêver à l'avenir, des projets plein la tête. Mais son seul rêve, c'est la liberté. Car Marianne est en prison. Perpétuité pour cette meurtrière. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l'univers carcéral sans pitié où elle affronte la haine, les brimades, les coups, les humiliations. La tête haute, toujours. Elle s'évade parfois, grâce à la drogue qu’elle paye en nature, grâce aux romans qu'on lui laisse lire, grâce à ses souvenirs aussi. Grâce au bruit des trains, véritable invitation au voyage. Elle finit par apprendre l'amitié, la solidarité, et même... la passion. Mais sans aucun espoir de fuir cet enfer, hormis dans ses rêves les plus fous. Et puis un jour, l'inimaginable se produit. Une porte s'ouvre au parloir. Trois hommes, trois flics lui proposent un odieux marché, lui offrant une possibilité de quitter ce purgatoire. Mais en échange de sa liberté elle devra tuer pour eux. Des derniers meurtres à commettre, pour rédemption.

Le Mot de l'éditeur : Meurtres pour rédemption

Marianne, vingt ans. Les miradors comme unique perspective, les barreaux pour seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière. Une vie entière à écouter les grilles s'ouvrir puis se refermer. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l'univers carcéral sans pitié ou elle affronte la haine, les coups, les humiliations. Aucun espoir de fuir cet enfer. Ou seulement dans ses rêves les plus fous. Elle qui s'évade parfois, grâce à la drogue, aux livres, au bruit des trains. Grâce à l'amitié et à la passion qui l'atteignent en plein coeur de l'enfermement. Pourtant, un jour, l'inimaginable se produit. Une porte s'ouvre. On lui propose une libération... conditionnelle. « La liberté Marianne, tu dois en rêver chaque jour, chaque minute, non ? » Oui. Mais le prix à payer est terrifiant. Pour elle qui n'aspire qu'à la rédemption...

Auteur : GIEBEL, KarineMeurtres pour rédemption - GIEBEL, Karine_ 
Titre Original : MEURTRES POUR RÉDEMPTION
Date de parution : 26 Août 2010
Éditeur     Fleuve Noir
Collection : Thriller Policier
Nombre de pages : 992 p.
Format : 140 x 225 mm
Série : Les Noirs
ISBN : 2265092053
EAN : 9782265092051

Cet ouvrage a été sélectionné pour le Prix Polar de Cognac.

 

Marianne va avoir dix-sept ans demain et veut devenir professeur d'arts martiaux au grand dam de ses grands-parents chez qui elle vit. Thomas est une petite frappe de qui elle s'est amourachée. Ils s'aiment. Ils décident de partir ce week end en Italie après avoir tabassé les vieux de Marianne et leur avoir piqué leur fric, leurs bijoux, leurs bibelots précieux... À bord de leur voiture pourrie, le coffre rempli de leur pactole, ils filent sur l'autoroute en écoutant à fond du Jamiroquaï. Lors d'un contrôle routier de routine, ils forcent le barrage et sont vite rattrapés et leur arrestation tourne au cauchemar. Thomas est abattu d'une balle dans la tête par les flics et Marianne est arrêtée un peu plus loin. Cela se passe très mal et elle est accusée de meurtre.

Marianne va se retrouver incarcérée en prison, à perpétuité, et vivre les pires choses et les pires moments de sa vie.

Pour Marianne, derrière les barreaux de sa cellule, les heures, les jours, les semaines, les mois passent au rythme des balades dans la cour de la prison au milieu des autres taulardes et des passages du train, à heures précises, dans lequel elle voudrait s'évader. Ses journées sont cadencées au rythme des repas, du passage des surveillantes, dont une particulièrement sadique surnommée « La Marquise », des rendez-vous réguliers fixés par Daniel, un surveillant, auprès de qui, malgré elle, elle trouve un peu de réconfort et des fouilles au corps insupportables, quasi quotidiennes. Sans oublier les journées passées au mitard et les instants chronométrés, deux fois par semaine, dans les douches crasseuses, sur le qui-vive, car le danger n'est jamais bien loin. Les sévices subis, aussi...

Sinon, jamais de visite pour Marianne, elle n'a plus personne, elle est seule... jusqu'au jour où trois personnes la demandent au parloir.

Au milieu de cette atmosphère carcérale exécrable, que décidera-t-elle ?

À partir de là, ses jours se dérouleront au gré des scènes de violences, d'amour, de menaces, d'espoir, de désespoir, de peur, de traque, de matraquage, de séparation. Pour elle, est-ce là, le prix à payer, meurtres pour rédemption ?

J'ai lu « Meurtres pour rédemption », le deuxième roman écrit par Karine Giebel, au tout début du mois d'avril. Il est assez long, c'est un pavé, il comporte près de mille pages.

J'en suis encore toute retournée, quand j'en parle et je n'arrête pas de tanner Mon Kamash pour qu'il s'y plonge à son tour et qu'il me donne ses impressions.

Je dois avouer que j'ai pleuré à plusieurs reprises en lisant certains passages qui m'ont prise aux tripes, et certaines scènes d'une violence inouïe sont encore imprimées dans mon cerveau.

Tout au long de la lecture de cette étonnante histoire, j'ai complètement été captivée par l'écriture de Karine Giebel, que je trouve améliorée dans la construction par moins de coupures intempestives, comme l'était écrit, son premier roman.

Chose assez curieuse et surprenante aussi, j'ai retrouvé dans certains passages relatifs à « Marianne », l'héroïne de « Meurtres pour rédemption » de Karine Giebel, beaucoup de similitudes avec l'écriture de Kamash, auteur de la saga « Wan & Ted » pour son héroïne « Ted ».

J'aimerais bien avoir l'avis de certains lecteurs ayant déjà lu, et Karine Giebel, et Kamash.

Je sais, dès à présent, que le prochain livre que je vais lire sera le troisième roman de cette même auteur, Karine Giebel.

Ce livre fait partie des livres lus en avril 2013.